Seventies (9)

Publié le par Belette

Nouvelle (9ème)

 

- Bonjour Monsieur Muret, y a encore un problème ? pourtant, pour le bruit, on fait attention !

- Mademoiselle je vais en référer à votre père, et si ça ne suffit pas à la police…

- A la police ?

- Oui, mademoiselle, cette odeur dans l’escalier, ça fait plusieurs fois qu’on la sent, vous fumez des choses bizarres… je vous l’ai déjà dit la semaine dernière… des choses qui…

- Mon amie fume de l’eucalyptus, c’est à cause de l’hiver, pour les broches, mais si ça vous importune, je veillerai à aérer…

- Vous fichez pas de moi en plus ! je suis vieux mais pas idiot ! et je regarde les informations figurez-vous, et je veux pas de drogués dans mon immeuble !

- Mais je vous assure Monsieur Muret, vous vous trompez, excusez-moi, faut que j’aille tout de suite à la pharmacie avant que ça ferme, mon amie est malade… les bronches, toujours !

Elle s’est collée au mur pour contourner le vieux, passer le plus loin possible, comme si elle craignait un coup de canne, mais c’était plutôt de la répulsion, un peu comme si la peau fripée, le corps ratatiné, c’était contagieux. En passant, l’odeur âcre de l’appartement lui est parvenue, ça l’a écœurée. Elle s’est défilée à toute vitesse. Le père Maret continuait à brailler ses menaces par dessus la rampe.

En remontant, elle a fait bien attention, elle a enlevé ses bottes et les a mis dans le sac en plastique avec les oranges, le pain et le jambon sous cellophane. Elle a pensé : « Ah partir d'ici, loin...  »

Elle a frappé chez Annie avec les victuailles. Elle l’a trouvée allongée sur son matelas avec le sirocco soufflant force huit. Quand elle a vu la bouffe, Annie s’est assise en tailleur et une expression ravie a éclairé son petit visage aigü.

- Salut Bichon, j’ai entendu que t’avais faim !

Putain, j’ai eu froid pour revenir, c’est vachement loin depuis ici !

Isabelle a installé le plateau par terre et s’est assise en face, elle commencé à déballer le jambon et à couper le pain, elle n’a posé aucune question. Elles ont mangé en silence un petit moment, Isabelle surveillait Annie du coin de l’oeil, elle voyait bien son petit sourire rêveur et son regard qui flottait. Elle était sur un nuage. Pour briser le silence elle a dit :

- Le père Muret m’a encore harponnée dans l’escalier, il a senti le shit, va falloir faire gaffe !

Annie a émit un petit gloussement, elle a pris le temps d’avaler, puis :

- ça tombe bien, maintenant j’ai mieux que le shit, et ça sentira rien !

- C’est quoi ?

- Un truc qu’il a ramené d’Ethiopie, on va l’essayer la prochaine fois, je me souviens plus comment ça s’appelle, c'est des cachetons, et après …

- Et après ?

- Et ben, après c’est dingue, il paraît !

- T’en as pas pris?

- Non, pas le temps, ses vieux allaient rentrer… Non, là, on a baisé normal, il m’a dit : « Je suis le chien, tu es la chienne ! »…

 

A suivre

Publié dans Fiction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

bellelurette 08/04/2007 09:46

Réponse à Linda : La G de B ne lit que rarement les commentaires avant de poster le sien ! Nous avons eu la même idée, mais si elle avait lu mon com, elle en aurait trouvé une autre, je suppose.

Linda1and5 07/04/2007 19:05

Elles sont marrantes, GdeB et Bellelu, évident que ça existe pas les cachetons d'Ethiopie, même qu'elle les a inventés, la belette ! Et pis eh, les filles, vous connaissez pas tout !

Eric L֗ 07/04/2007 09:52

épisode 8 "Isabelle a fermé la fenêtre"
épisode 9 "Bonjour Monsieur Muret"
fermé la fenêtre... monsieur Muret...
logique

Thierry 07/04/2007 01:33

Bonsoir Belette, ton "postage" a fonctionné !
Bonne continuation de séjour chez les renouilles bleues.

G de B 06/04/2007 12:28

Tiens, je connais pas les cachetons d'Ethiopie...Quelque chose m'aurait échappé ???