Jacques CHIRAC au BRESIL... Impayable !!!

Publié le par Surcouf

Extraits de propos tenus par le Président ( le Monde du 27/05/06 ) et Commentaires :
 
    "Je sais que l'on est dans une période ou l'on rechigne, ou l'on critique. C'est notre génie Français. Mais je constate à quel point c'est déconnecté de la réalité ".
     Cette affirmation du Président nous rappelle le débat télévisé d'avril 2005 avec 81 jeunes qui, dans leur majorité, exprimaient leur pessimisme face à la mondialisation, et un Chirac qui affirmait :"Le Pessimisme, je ne le comprends pas ".
    Il me semble que c'est lui, Chirac, le Déconnecté... car les affaires qui le poursuivent depuis des années ( Marchés truqués de Ile de France, Mairie de Paris, Utilisation de Fonds secrets à des fins très personnelles, plus récemment Clairstream, Grâce de G. Drut ) ne peuvent qu'appeler critiques, désenchantement et dégoût.
 
    " Je n'ai pas le culte du misérabilisme "
    La pauvreté augmente dans notre pays et gagne même chez les salariés ( notamment dans la difficulté à se loger ). De plus en plus d'exclus, de Rmistes, de smicards....et l'homme se faisait élire sur le thème de "la fracture sociale" !!! Il est vrai qu'à l'Elysée, on ne manque de rien, voir l'article du 1/5/06 : "Obscure comptabilité à l'Elysee".
 
    Enfin, à propos d'Evo Moralès, nouveau Président de Bolivie, J. Chirac affirme : "C'est un homme qui a rendu son honneur à un peuple meurtri" .
   Nous Français, nous attendons la femme ou l'homme qui, à partir de MAI 2007, nous fera oublier l'écoeurement de 12 années de Présidence et de plus de 40 années de politique d'un Chirac qui, non seulement a déçu, mais qui devrait surtout rendre des comptes à la justice de son pays.
Magnolia

Publié dans obsindep

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
et tu pourras faire la suite "Chirac au Chili" en train de faire le baise main à Michèle Bachelet, présidente socialiste.... j'ai vu ça à la téloch aux infos, j'en suis restée bouche bée... hypocrisie, quand tu nous tiens...
Répondre